↑ Revenir à Paris Kyoto

Petite histoire

 

COUPE PARIS – KYOTO

Cette manifestation est le tournoi le plus ancien de France.

La première coupe PARIS – KYOTO a eu lieu le 14 novembre 1961.

Elle a été créée Par Maître Shozo AWAZU (ex-entraîneur de l’équipe de France).

Elle a donné lieu à de multiples échanges entre français et japonais. L’origine de ces échanges voulus par Maître AWAZU (dans les années 90) était de mettre en confrontation des étudiants de Kyôtô et des étudiants de Paris. Il s’avéra très vite que les étudiants de paris avaient terminé leurs études depuis de nombreuses années. Beaux-joueurs les japonais ont toujours sélectionné des étudiants des universités de Kyôtô, de la police et de Tenri.

1992 – 1er échange à Paris en 1992 sous la présidence de Dominique GERMAIN.

1993 – Paris organise sa sélection, Kyôtô  également pour la coupe 1994

1994 – 1er déplacement de Paris à Kyôtô. C’est également la 1ère fois que des féminines y participent mais pas de sélectionnées pour Paris.

1995 – A Paris. Pas de français en finale des catégories

1996 – A Kyôtô. 1ère participation des françaises

1997 – A Paris

1998 – A Kyôtô

Et ainsi de suite

2001 – A Paris. Les japonais ne viennent pas à cause de l’attentat aux USA. Les vols sont suspendus.

Les échanges continuent jusqu’en 2009 et s’arrêtent faute de moyens et français et japonais.

Depuis 2010, la coupe PARIS – KYÔTÔ continue sans les japonais.

(Guy CHOPLIN et Dominique GOGEON MONDOLONI)

 

Kabuto (casque)

(source wikipédia)

Kabuto

Le kabuto (兜, 冑?) est le casque traditionnel de l’armure japonaise, employé par les samouraïs. Il est constitué en forme d’une bombe, composée de diverses plaques en métal forgé et rivetées entre elles, protégeant le sommet du crâne ainsi qu’une série de lamelles souples (shikoro) protégeant le cou. Ces casques pouvaient être ornés d’un maedate (ornement frontal) et le mon (blason du clan d’appartenance du samouraï).

 

Il existe plusieurs formes :

  • Hoshi kabuto ;
  • Namban kabuto, casque d’inspiration étrangère : européenne, coréenne, chinoise ;
  • Suji-bachi, casque à lamelles ;
  • Kawari kabuto, casque de forme étrange, utilisé principalement pendant les guerres civiles de l’époque Azuchi Momoyama ;
  • Hinero-nari, fait de quatre ou cinq plaques seulement.

Les principales parties d’un casque sont :

  • L’ouverture (tehen no ana), point de convergence des lamelles, aménagé sur le dessus du casque et permettant de laisser passer le chignon du samouraï ;
  • Le timbre (bashi), le casque proprement dit, constitué de lamelles forgées et rivées entre elles ;
  • L’arrière, une passementerie (agemaki), attachée à un anneau ;
  • Le couvre-nuque (shikoro), protection en demi-cercle du cou et des épaules ;
  • L’ornement central (maedate), ornement sur le devant du timbre, très varié et reflétant les valeurs ou les croyances du samouraï ;
  • Les ailettes (fukigaeshi), portent les armoiries (mon) et protègent le visage ;
  • La visière (mabisashi), s’avance au-dessus du visage pour accroître la protection.

Galerie

Un lien pour l’émission de France Culture « Les Regardeurs par Jean de Loisy et Sandra Adam-Couralet » : 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-regardeurs/casque-japonais-ou-kawari-kabuto

Casque japonais ou « kawari kabuto »