↑ Revenir à Tout au Féminin

JUNO KATA – KAGAMI BIRAKI 2017

Discours de Guy CHOPLIN au KAGAMI BIRAKI du Comité

avant la présentation du Juno Kata par deux élèves.

 

1882 – Création du Judo Kodokan par Jigoro Kano.

Aujourd’hui 135 ans d’existence sauf pour le judo féminin.

 

1926 – Jigoro Kano, à la suite d’une promesse, ouvre une section féminine au kodokan

« JOSHIN BU », éducation physique et morale dans la pratique des Kata et randori pour que le judo ne soit pas nuisible au corps féminin (Jigoro Kano a une conception du corps de la femme inspirée par les connaissances médicales de son époque).

Il institue des kata spécifiques pour les femmes :

  • le SEIRYOKU-ZEN’ YÔ  KOKUMIN TAIIKU = faire bon usage de la force vitale pour l’éducation physique et morale du peuple japonais.
  • le JÛ SHIKI = semblable au JUNO KATA moins 5 techniques jugés par Jigoro Kano comme « pas bonnes » pour le corps des femmes.
  • le KIME SHIKI = semblable au KIMENO KATA mais avec 1 seile technique pour les mêmes raisons que le JÛ SHIKI .

1950 – En France, le 5 novembre à Lyon sous l’égide de Me KAWAISHI,  Madame Jeannine LEVANNIER, ceinture marron, bat dans une compétition en ligne, quatre hommes ceinture orange en 1’5 ». Elle est la première femme ceinture noire.

 

1953 –  Le judo féminin est considéré comme une pratique de santé par la respiration.

 

1957 – les compétitions féminines pour l’obtention de la ceinture Noire sont supprimées. Elles doivent passer par la voie technique jusqu’aux années 60.

Le judo féminin est considéré comme éducation physique pour parfaire la beauté féminine !

 

1964 – La FSGT organise le 1er championnat  féminin. les pionnières sont Paulette FOUILLET, Jocelyne TRIADOU, Brigitte DEYDIER.

 

1971 – 1976 – Début des entraînements aux randori et compétitions.

 

1975 – 1er championnat d’Europe

 

1976 – 1er championnat de France officiel

 

1980 – 1er championnat du monde

 

1992 – Les femmes durent attendre les Jeux olympiques de 1992 à Barcelone pour participer à l’événement international (le judo féminin était sport de démonstration quatre ans plus tôt à Séoul).

 

(Source Michel BROUSSE « Les racines du judo français »).